Interventions

00233057

Frank Durnell Conard, Tempête de sable au Kansas, vers 1935-1936, Kansas Historical Society

J’ai le plaisir de proposer de temps à autre des conférences dans différents lieux. Voici la liste des sujets, adaptables en fonction des demandes. N’hésitez pas à me contacter.

Écouter dans les « ruines du capitalisme ». Enregistrements de terrain et formes de vie.

Par le biais des microphones, l’enregistrement de terrain suscite une écoute renouvelée du monde, de ses habitants et de ses milieux de vie. Attentive à la diversité des formes de vie, parfois infimes ou inaudibles, cette pratique contribue à ré-enchanter des paysages sonores menacés. Bien qu’elle soit associée à l’accélération et aux progrès techniques liés à la Révolution industrielle, cette manière de tendre l’oreille impose un ralentissement des gestes, une concentration et un décentrement de l’écoute. Apprendre à écouter dans les ruines du capitalisme est une forme d’usage du monde cruciale en temps de précarité. Par les modes d’attention qu’ils mobilisent, l’écoute et peut-être l’enregistrement sont des voies d’accès privilégiées aux processus qui affectent les milieux de vie et leurs habitants.

« Et ce jeu violent n’est que le reflet de notre civilisation. » Autour des Maîtres fous de Jean Rouch et de la ciné-transe.

Lorsqu’en 1955, le cinéaste ethnologue Jean Rouch présente son court métrage Les maîtres fous, les spectateurs se prennent un uppercut dont la puissance reste toujours d’actualité. En filmant les pratiques rituelles de la secte religieuse des Haouka, composée d’immigrés pauvres d’Accra au Ghana, Rouch montre non seulement l’emprise du colonialisme sur les corps et les esprits, mais aussi la manière dont ces effets sont transfigurés pour offrir un miroir inconfortable aux colonisateurs blancs. Ce film, avec lequel Jean Rouch donne ses lettres de noblesse à la « ciné-transe » reste une bombe qui parle de pouvoir, de communauté et de folie.

Des microsillons comme lieux de survivances. Écoutes de musiques « traditionnelles » et récits autour de quelques labels (Ocora, Folkways, Chant du Monde…).

A ses débuts en tant que discipline, l’ethnomusicologie s’intéresse surtout aux formes et structures des musiques dites « traditionnelles ». Avec l’invention de systèmes d’enregistrement à partir de la fin du 19e siècle, les collecteurs vont pourtant contribuer à une extraordinaire entreprise de sauvegarde – certes virtuelle – de modes d’expression bientôt engloutis par de nombreux processus d’uniformisation culturelle. Ces enregistrements publiés par des labels mythiques tels qu’Ocora, Folkways ou Chant du Monde, témoignent de formes de vie et de manières d’envisager le monde, radicalement, musicalement et joyeusement autres, qui ont disparu ou sont sur le point de disparaître.

Collectionner les mondes en extension, préserver les mondes en extinction : Une histoire des cabinets de curiosités.

Depuis leurs origines à la Renaissance jusqu’à nos jours, les cabinets de curiosités s’efforcent de donner une image du monde en réduction. Dès le 16e siècle, ces lieux où s’accumulent quantité de merveilles se proposent de classer le vivant, entre science, art et imaginaire. Cet inventaire global ne semble pas épuiser la diversité des formes de vie. Pourtant, à l’orée du 21e siècle, alors que les processus de raréfaction et d’extinction prennent de l’ampleur, des collectionneurs, artistes et scientifiques créent des lieux qui encapsulent le monde, pour la curiosité du futur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :